Présentation

Bienvenue sur ce site où vous découvrirez comment chacun peut optimiser sa santé par la supplémentation en molécules de signalisation redox1.

Si vous recherchez avant tout à relever naturellement vos défis de santé, dans le respect de la physiologie, vous découvrirez ici une approche qui se préoccupe de la plus petite brique de vie, tant dans le règne animal que végétal : la cellule.

Nous sommes composés de cellules …

Le corps humain à l’âge adulte est constitué de quelques 100 000 milliards de cellules. Ces cellules se déclinent selon 300 types différents (neurones, lymphocytes, hématies…) selon leur fonction ou l’organe qu’elles constituent.


Plus petits éléments vivants d’un organe, les cellules assurent son bon fonctionnement. De tailles et d’apparences variables, elles possèdent toutefois une structure fondamentale commune et disposent de modes de communication communs avec les autres.

La cellule intervient dans toutes les fonctions de l’organisme, à savoir le métabolisme, le mouvement, la croissance, la reproduction ou encore la transmission de gènes. C’est une entité vivante qui fonctionne de manière autonome, tout en restant coordonnée aux autres.

… qui se renouvellent …

Nos cellules se renouvellent à des rythmes différents selon l’âge, les organes et les tissus. On considère que chaque seconde qui passe, environ 2 000 cellules adultes ont fini leur vie naturellement, soit plusieurs milliards chaque jour. C’est vertigineux !

… et qui communiquent entre elles …

Les communications intercellulaires sont l’ensemble des interactions qui existent entre les cellules elles-mêmes ainsi qu’avec le milieu extracellulaire. Il existe deux types d’interaction selon la proximité des cellules :

– les cellules éloignées : interaction utilisant un messager.
– les cellules proches : interaction se faisant directement par contact.

Ainsi, par la communication, plusieurs systèmes interagissent pour assurer les fonctions indispensables à la vie et leurs messagers sont, entre autres, les molécules de signalisation redox2.

… en particulier grâce aux molécules de signalisation redox …

Cette courte présentation vous fera découvrir un monde très industrieux grâce auquel nous sommes vivants.

 

… mais notre environnement ne favorise pas la santé des cellules

Nous sommes tous en mesure d’observer que notre environnement est soumis à une augmentation continuelle de pollutions de toutes sortes (des sols, des eaux, de l’air), qui ont une incidence directe et délétère, on le sait maintenant, sur notre santé. Si on y ajoute une alimentation déséquilibrée et transformée, un manque d’hydratation et d’activité physique, ainsi que le vieillissement naturel,  alors le constat est lourd, car les dommages se situent dans la cellule sans que nous en soyons conscients.

Comment lutter alors contre les phénomènes de stress oxydatif et de stress inflammatoire que ces conditions hostiles créent ?

La réponse existe : une percée scientifique et technologique a permis de stabiliser hors du corps humain, précisément plusieurs de ces molécules que les cellules utilisent pour assurer le fonctionnement général de l’organisme. En particulier elles permettent de maintenir l’équilibre entre toutes les grandes fonctions de communication, de détection et d’auto-réparation. Ces molécules se nomment molécules de signalisation redox !

 

  1. Le mot REDOX fait simplement référence aux réactions chimiques de réduction et d’oxydation au cours desquelles les espèces chimiques échangent des électrons. La réduction consiste en un gain d’électrons, et l’oxydation, en une perte d’électrons. Pour l’humain, le stress causé par l’oxydation (sorte de « rouille » dans l’organisme) est une épreuve constante. Nous nous y adaptons grâce à divers mécanismes REDOX, qui nous permettent de maintenir l’équilibre.[]
  2. Les molécules REDOX produites dans les cellules ont plusieurs fonctions cruciales. Elles envoient des signaux à l’intérieur et à l’extérieur des cellules. De plus, elles dirigent les actions telles que la division cellulaire, les cycles de mort cellulaire et la garde des récepteurs de membrane cellulaire.[]