Un voyage de découverte dans la biologie de signalisation redox, Extrait de chapitre  : Carte de navigation des sentiers

Un voyage de découverte dans la biologie de signalisation redox, Extrait de chapitre : Carte de navigation des sentiers

Traduction de l’extrait du chapitre Carte de navigation des sentiers, de l’ouvrage « A journey of Discovery into Redox Signaling Biology » du Dr Gary Samuelson (2018, 8 août). Les titres sont des phrases du Dr Samuelson mises en exergue pour faciliter la lecture en ligne.

Le système cardiovasculaire et pulmonaire – cœur, poumons et sang…

dans les systèmes cardiovasculaire et cardiopulmonaire, l’équilibre rédox est strictement réglementé.

Il existe environ 5000 mitochondries [produisant des molécules de signalisation rédox] dans chaque cellule cardiaque. Comme vous pouvez l’imaginer, le taux de radicaux libres superoxydes (O2 *-) et de peroxyde d’hydrogène (H2O2) [molécules de signalisation redox] dans les cellules du cœur doit être soigneusement régulé et contrôlé.
Le cœur ne peut jamais faire une pause et le déséquilibre rédox et les dommages cellulaires du tissu cardiaque doivent être rapidement détectés et réparés.

Les réseaux de signalisation redox parmi les cellules cardiaques sont très efficaces.
Les couches endothéliales qui tapissent les vaisseaux sanguins étendent ces réseaux de signalisation à l’ensemble du réseau cardiovasculaire, en envoyant des signaux qui régulent le flux sanguin, la pression et les réserves nécessaires dans tout le corps, le long du fleuve, dans toutes nos communautés cellulaires, créant une réseau massivement complexe, analogue à la capacité de signalisation de notre système nerveux…

Le système digestif – bouche, estomac et intestins

Dans le système digestif, les membranes cellulaires des intestins qui traitent les nutriments sont exposées aux acides, enzymes, toxines, oxydants, au stress physique et à toutes sortes d’environnements difficiles.
Le taux de renouvellement de ces types de cellules est l’un des plus élevés du corps ; des dizaines de milliards de cellules de l’estomac et de l’intestin sont remplacées chaque jour. En fait, la totalité des intestins est complètement remplacée tous les 7 jours environ.

Ce renouvellement continu des cellules nécessite que les cellules endommagées soient rapidement détectées, réparées ou remplacées.
Vous pouvez comparer la muqueuse intestinale à une «forêt» de cellules balai où il y a de nombreux «signaux de fumée» rédox envoyés par les cellules endommagées indiquant des «incendies de forêt» qui nécessitent une attention immédiate de la part des intervenants en cas d’urgence.
Si ce système de signalisation redox n’est pas en excellent état, les dommages potentiels peuvent se propager trop rapidement, provoquant des fuites et des lacunes qui compromettent le fonctionnement du système digestif…

Le système nerveux – cerveau, colonne vertébrale et nerfs périphériques

Dans le système nerveux, les cellules cérébrales ne sont pas facilement remplacées et doivent être protégées.
Le stress oxydatif est la principale raison de la mort des cellules nerveuses, encore plus que le manque d’oxygène. Le stress mental et l’inquiétude, ainsi que la réflexion profonde, augmentent l’activité cérébrale.
Une activité cérébrale accrue provoque une accumulation d’oxydants ou de stress oxydatif… Le stress oxydatif déclenche des convulsions et / ou d’autres irrégularités.

La régulation du flux sanguin dans le cerveau est surveillée de près, car le cerveau a besoin d’un apport constant en oxygène et en sucres.
Tout cela est régulé par les réseaux de signalisation redox …

Les nerfs périphériques de l’organisme envoient des messages douloureux lorsqu’ils sont exposés au stress oxydatif provoqué par les oxydants du voisinage.
Encore plus, les réseaux de signalisation redox sont également très actifs pour aider à maintenir l’équilibre des axes hormonaux dans le cerveau et les nerfs (tels que l’axe HPA1) qui aident à maintenir l’équilibre émotionnel dont nous avons besoin pour fonctionner.

L’importance primordiale des réseaux de signalisation redox dans le cerveau ne fait aucun doute.
Le cerveau contient le réseau de signalisation le plus complexe du corps, intégralement et de manière complexe, connecté par de tels réseaux de signalisation.

Le système endocrinien – l’hypophyse, la thyroïde et les glandes surrénales

Dans le système endocrinien, les sécrétions glandulaires (hormones) sont déclenchées par le stress et les voies redox.

Nous avons déjà expliqué à quel point il était important pour notre état émotionnel et physique de maintenir l’équilibre hormonal dans l’ensemble du réseau du système endocrinien.
Si le stress oxydatif est le déclencheur des sécrétions hormonales et que la signalisation redox régule le stress oxydatif, vous pouvez imaginer l’importance de la signalisation redox pour maintenir l’équilibre du système endocrinien.

Il existe des preuves directes que le bon équilibre rédox dans les fluides vitaux autour de nos cellules contribue également à la lubrification des «fenêtres» et des «portes» (récepteurs) qui transmettent des messages hormonaux (et de l’insuline) dans les cellules, ce qui signifie qu’un nombre réduit d’hormones peut être nécessaire pour faire le travail, rendant la régulation hormonale plus légère, plus rapide et plus facilement équilibrée.

Le système excréteur – La peau, les reins et le côlon

Les tissus de nos systèmes excréteurs (glandes cutanées, reins, côlon, etc.) ont le travail peu recommandable de trier et d’éliminer les déchets toxiques du corps.
Cela nécessite une gestion efficace de la réponse toxique et des signaux de communication extraordinaires entre des couches spécialisées de tissus, ainsi que des équipements de protection de premier ordre (antioxydants).

Il n’existe peut-être aucun autre système du corps où la signalisation redox est plus active pour maintenir la santé immédiate des tissus que dans les reins et les intestins.
Leurs couches spécialisées de tissus trient et poussent constamment des déchets toxiques. Ces toxines provoquent un stress oxydatif et la mort cellulaire en raison d’une atteinte toxique des tissus.

Comme toujours, les antioxydants doivent être appellés pour nettoyer rapidement le stress oxydatif avant qu’il ne provoque des dommages sérieux et pour réparer et remplacer les cellules endommagées.
Le stress oxydatif lui-même aide également à identifier les toxines et à les faire sortir par les canaux excréteurs.

Tous ces processus nécessitent un niveau élevé de signalisation redox. De plus, le stress toxique provoque la libération de certaines hormones associées à une charge toxique.

Par exemple, les reins vont libérer une hormone appelée rénine lorsqu’ils sont soumis à un stress hautement toxique. La rénine est conçue pour augmenter la pression artérielle nécessaire pour expulser les toxines plus rapidement.

Bien sûr, l’eau (bonne hydratation) est toujours régulée et bénéfique aux processus excréteurs…

 

 

  1. Axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien qui relie les systèmes nerveux central et endocrinien. NDT[]