Maladies inflammatoires de l’intestin : Des solutions médicales moléculaires pour des maladies graves et de plus en plus courantes

Traduction du bulletin d’information « Inflammatory Bowel Diseases: Molecular medical solutions for serious and increasingly more common conditions » du Dr Roberston Ward (2017, Avril). Certains titres sont des phrases du Dr Ward mises en exergue pour faciliter la lecture en ligne.

 

Les maladies inflammatoires de l’intestin (MII) sont principalement composées de la colite ulcéreuse (CU) et de la maladie de Crohn (MC). Ensemble, elles affectent 2 millions de personnes aux États-Unis. Chaque maladie est débilitante et entraîne souvent de fréquentes hospitalisations et des journées de travail perdues.

 

PAR EXEMPLE, LA CU1, SI ELLE N’EST PAS TRAITÉE, conduira au cancer du colon après environ 15 ans de maladie active.

Les thérapies médicales actuelles comprennent les médicaments anti-inflammatoires classiques, qui peuvent entraîner une réaction réfractaire ou une intolérance après un usage continu. En outre, les modulateurs immunitaires ont des effets secondaires importants, présentent des risques et, souvent, entraînent de mauvaises réponses.

Quelles sont nos options en tant que patients ? Que pouvons-nous faire pour notre santé qui peut avoir un impact significatif sur notre guérison en plus de rester impliqué dans les traitements médicaux ?

Ce bulletin d’information expliquera quelles sont les options et il indiquera comment mieux comprendre et simplifier notre compréhension de la relation circulaire entre « inflammation » et « stress oxydatif ».

Les maladies inflammatoires de l’intestin partagent toutes les mêmes bases en matière de pathologie cellulaire.

Si l’organisme est atteint par la maladie, il active les globules blancs (WBC2) qui génèrent diverses cytokines3 pro-inflammatoires ET des réactions oxydatives excessives, ce qui modifie l’équilibre REDOX dans la paroi de l’intestin.

Cela maintient ensuite l’inflammation en induisant des voies de signalisation et des facteurs de transcription sensibles au REDOX. Ce cycle continu conduit finalement à la rupture de la barrière intestinale.

Pensez-y de la manière suivante : les leucocytes mal pensants libèrent des produits chimiques inflammatoires qui sont irritants et génèrent donc des produits oxydants qui perturbent l’équilibre REDOX et peuvent conduire à l’activation des leucocytes dans les tissus.

Dans les tissus sains, cela fait vraiment partie de la manière dont la nature peut faire démarrer la guérison. Dans des situations d’inflammation normales, les tissus enflammés attirent les leucocytes, ce qui provoque un gonflement qui augmente l’apport sanguin utile. Mais dans les cas de MICI4, ce cycle est amplifié plusieurs fois et entraîne une dégradation des tissus.

Quelles sont les options pour mettre un terme au phénomène de  tourniquet  de ce cercle vicieux ?

Les compléments alimentaires tels que les probiotiques, la berbérine et les acides gras oméga 3 peuvent contribuer à stabiliser la dégradation de la paroi intestinale.

Lorsqu’ils sont associés à l’élimination des aliments qui cultivent des bactéries nocives, comme le pain, les pâtes et le sucre, les résultats peuvent souvent être positifs.

Une nouvelle solution, qui nous est offerte aujourd’hui, consiste en fait à compléter notre corps avec un mélange équilibré de molécules REDOX.

Prises par voie interne ou topique, elles rétablissent l’équilibre de REDOX et brisent le cycle d’inflammation/oxydation. J’ai personnellement été témoin de cette aide aux patients dans la guérison de nombreux cas de MICI, en particulier lorsque les mesures traditionnelles et naturelles n’étaient pas encore efficaces.

Les molécules REDOX peuvent également être appliquées par voie topique sur l’abdomen.

En raison de l’abondance des tissus lymphatiques dans la région abdominale de notre corps (80 % des ganglions lymphatiques sont situés à proximité des 26 pieds de l’intestin grêle), les résultats sont souvent physiquement tangibles en quelques minutes.

 

En résumé, les MICI sont un ensemble d’affections immunodéficitaires, graves et parfois mortelles. Les traitements traditionnels sont notoirement problématiques. En prenant des mesures proactives pour soutenir la santé gastro-intestinale à l’aide de plantes et en complétant les molécules REDOX, la transformation peut être profonde. Pour plus d’informations, visitez le site www.theredoxdoc.com.

  1. Colite ulcéreuse. N.D.T.[]
  2. White Blood Cells : globules blancs. N.D.T.[]
  3. Les cytokines (du grec cyto, cellule, et kinos, mouvement) sont des substances solubles de signalisation cellulaire synthétisées par les cellules du système immunitaire ou par d’autres cellules ou tissus, agissant à distance sur d’autres cellules pour en réguler l’activité et la fonction. N.D.T.[]
  4. Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (ou MICI) regroupent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. Toutes deux se caractérisent par une inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif. N.D.DT.[]